Mégaphone tour: Jenny, Patrick Ingueneau, Le Coq[chanson française]

entrée 6€ (adhérents 5€) : 3 artistes: Jenny, Patrick Ingueneau, Le Coq

LE MEGAPHONE TOUR ? liens : Mégaphone tour
C’est un dispositif d’aide à l’émergence qui emmène de jeunes talents là où se font les artistes de demain : sur scène, aux 4 coins de France, en bas de chez soi. Le Mégaphone Tour organise 4 tournées par an, au fil des saisons. Pour chacune de ces tournées sont programmés 3 artistes. 2 d’entre eux sont sélectionnés par un jury de professionnels lors d’auditions organisées partout en France et le troisième est choisi pour son parcours et son expérience. Ces artistes sont ensuite programmés dans des lieux de diffusions partout en France, allant du café concert à des premières parties dans des salles partenaires. A plus long terme, le Mégaphone Tour assurera pour les 12 artistes sélectionnés de l’année une présence sur des festivals d’été.

1: Jenny

Mégaphone Tour 2014/2015     liens: Jenny

Un accordéon plutôt classique, des textes plutôt pas, des présidents, une chanteuse olé olé, des mensonges, des mouettes …
Accompagnée de Thierry Poirier à l’accordéon, Jenny livre une palette de ses petites chansons socialo-keupons, poêtico-anars, et mégalo-barrées, mais toujours humaines …

« Mon principe c’est la vie, ma fin c’est la mort. Je veux vivre ma vie intensément pour embrasser ma mort tragiquement . Vous attendez la révolution ? La mienne a commencé il y a longtemps ! Quand vous serez prêts (Mon dieu, quelle attente sans fin) je ferai volontiers un bout de chemin avec vous. Mais quand vous vous arrêterez, je continuerai ma voie folle et triomphale vers la grande et sublime conquête du néant ! Toute société que vous bâtirez aura ses limites. Et en dehors des limites de toute société, les clochards héroïques et turbulents erreront, avec leurs pensées vierges et sauvages-eux qui ne peuvent vivre sans concevoir de toujours nouveaux et terribles éclatements de rébellion ! » Renzo Novatore, Arcola Janvier 1920.

2: Patrick Ingueneau

Mégaphone Tour 2014/2015     liens: Patrick Ingueneau

Patrick Ingueneau pratique les saxophones, le piano, la batterie, les percussions du quotidien, la guitare et il chante. Pour la Martingale, il interprète un rôle muet, joue et écrit la musique pour le spectacle Trapèze. Ce spectacle créé par Jérôme Rouger et mis en scène par Jean Pierre Mesnard est toujours en tournée depuis 2003.
En novembre 2006, il créé Ding Dang spectacle « seul en scène » et collabore avec Jean-Marie Maddeddu pour la mise en scène. Joué plus de 120 fois depuis sa création, ce spectacle court toujours.
En mars 2010, Kraâak, spectacle musical en duo avec Julien Padovani voit le jour. Kraâak est une création collective entre Patrick Ingueneau, Julien Padovani et jean-Pierre Mesnard, ce dernier signant fièrement la mise en scène. Il est également un des piliers de l’Etrange Gonzo (dont il fut directeur artistique de 1999 à 2003) : Fête de l’Huma, Scène nationale de Poitiers, Jazz au fil de l’eau à Parthenay, les jeudis du Port à Brest,…

En 2002, il joue, aux saxophones baryton et alto, pour l’Occidentale de Fanfare de Francis Mounier (Jazz sous les Pommiers à Coutances, les Nuits Atypiques de Langon, Europa Jazz festival au Mans, De bouche à oreille à Parthenay, Scène Nationale de Niort, de La Rochelle, Festival de Manressa en Espagne…).
Depuis 2006, il est le traducteur en anglais, bruitiste, chanteur et saxophoniste de Poitiers Musette 86, le grand orchestre de la Goguette D’Enfer. Il est saxophoniste baryton et alto dans Kousmine Pichon en 2007, le fameux orchestre d’Etienne Roche.
En 2010, il intègre la fanfare « Auprès de ma blonde » aux côtés d’Alfred Spirli, Daniel Malavergne et Thierry Daudé.

3: LE COQ

Mégaphone Tour 2014/2015    liens : Le Coq

La folk de Thierry Le Coq est à la hauteur de ses influences et de ses parentés musicales : Dominique A, Nick Drake, Bertrand Belin, autant de noms qui ont fait ou font les beaux jours de la chanson française et de la folk outre-atlantique.

Son dernier album, « Chaconne” a été enregistré au Québec à Lennoxville, dans « un chalet, en pleine campagne nord-américaine, au bord d’un lac ». Le cadre rêvé en somme pour enregistré un bel album, fait à la fois de sombre romantisme (« La Martyre ») et de tendre optimisme (« Je Positive »). Pour produire « Chaconnes », Le Coq a pu compter sur le savoir-faire de Bruno Green, un breton exilé au pays de Beau Dommage et un nom incontournable de la scène indé française et anglo-saxonne (Miossec, Archive, My Name is Nobody, entre autres).

 

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Concert. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.