Prochainement au café

<< retourner au programme

Rencontre – Rencontre avec Anaïs Lelièvre [plasticienne]

Mardi 13 juillet 2021 – 18:30

Dans la salle du café à 18H30, entrée gratuite

Rencontre et discussion avec Anaïs Lelièvre sur sa démarche plastique, modérée par Philippe Piguet – critique d’art et commissaire d’expositions.

 » L’œuvre d’Anaïs Lelièvre se nourrit de toutes les « expériences d’espaces » qu’elle fait d’une résidence à l’autre. Qualifier sa démarche revient somme toute à s’interroger sur la place de notre corps dans l’espace et à prendre conscience des changements d’états de la nature. Le dessin et le mode de l’installation constituent les deux vecteurs fondamentaux de son travail dans la mise en œuvre d’espaces à habiter qui visent à brouiller tous nos repères. L’artiste instruit ainsi les termes d’un ailleurs inédit, voire innommable, dont l’expérience entraîne le regardeur aux bords d’un vacillement. A la façon quasi rimbaldienne d’une épreuve tout à la fois cognitive et sensible. »

Philippe Piguet

Anaïs Lelièvre présente Cinis à la Galerie du Dourven, du 10/07 au 3/10/2021


ART CONTEMPORAIN ET PAYSAGES

L e projet artistique de la Galerie s’appuie sur la notion de Paysages. Des artistes plasticiens professionnels, toutes techniques confondues, sont invités à exposer ou accueillis en résidence pour produire une œuvre en lien avec cette thématique et en résonance avec l’identité et les sin­gularités du lieu, du territoire. C’est parce que la démarche artistique d’Anaïs Lelièvre s’inscrit dans ce projet que LTC a invité la jeune artiste en résidence de création au Dourven, qui donnera lieu à la réalisation de l’oeuvre Cinis. Cette installation totale et immersive investira la Galerie du 10 juillet au 3 octobre prochain.


L’ARTISTE INVITÉE

Sa démarche

Anaïs Lelièvre est plasticienne. Elle vit entre Paris et Marseille.

Issues de déplacements en résidences, les installations d’Anaïs Lelièvre oscillent entre la sculpture à l’installation. A l’image du lieu qu’elle ex­plore par la marche, un fragment de matière, minéral ou végétal, poreux, éclaté ou stratifié, en expansion ou désagrégation, donne lieu à un dessin de petit format, en noir et blanc. Par multiplication numérique (avec rétré­cissements et agrandissements successifs), ce dessin-matrice est lui-même mis en croissance jusqu’à sa décomposition, pour générer d’autres dessins à l’échelle d’un environnement immer­sif.

Site Internet : http://www.anaislelievre.com/

Résidence à la Galerie du Dourven

Anaïs Lelièvre a résidé à la pointe du Dourven en décembre 2020, en pleine tempête. Au sommet d’un milieu tourmenté, la maison a fait rempart. Os cillant entre dehors et dedans, confrontation et repli, risque et insistance, l’artiste est partie de marches erratiques explorant la presqu’île et ses alentours pour en venir à creuser son passé géologique, archéologique et architectural.

Cinis, œuvre immersive

Au regard des strates volcaniques qui précédèrent l’intrusion du granit à la pointe du Dourven, elle a prélevé une pierre de lave. Le dessin, qui en retrace les flux, vient s’amplifier par multiplication et agrandissements croissants, pour submerger la galerie et ses visiteurs, au sein d’une installation pénétrable car pénétrante, entre flots sous-marins et falaise écumeuse, éruption volcanique et grotte mystérieuse. Par cette stratification de temps et d’espaces, l’œuvre est mise en scène d’une mise en cendre, distanciation d’une incandescence, dramatique et critique, catastrophe et existence.

<< retourner au programme

Les commentaires sont fermés.