Prochainement au café

<< retourner au programme

Cinéma – La matinale : cycle Alain Cavalier : "Six portraits XL" 1 et 2: Léon et Guillaume

Samedi 12 juin 2021 – 10:00

La matinale: Petit-Dej [offert] à partir de 9h30 + Ciné Doc: 10h, 5€

Ce matin : » Léon et Guillaume » (2 x 50′)

Portrait n° 1 : « Léon » , 50′

Léon : Ce matin, Léon le cordonnier affiche une pancarte dans sa boutique qu’il tient depuis 46 ans : Fermeture définitive dans deux mois. Panique des habitants du quartier qui adorent cet Arménien au cœur superbe, au visage étonnant. Est-il possible de prolonger encore sa présence ?

Portrait n°2 : « Guillaume », 50′

Quatre heures du matin, Guillaume arrive le premier au travail avant son équipe. À la fin de la journée, il aura vendu tous ses gâteaux et tout son pain, tellement c’est bon. Le soir, avec sa femme Jasmine, ils rêvent d’acheter une boulangerie pâtisserie plus vaste et mieux placée.

 

 

Alain Cavalier :

Né en 1931 à Vendôme, Alain Cavalier (de son vrai nom Alain Fraissé) fut récompensé par le Prix France Culture Cinéma à Cannes 2006 pour l’ensemble de son œuvre.
Après des études d’Histoire, il entre à l’IDHEC puis devient l’assistant de Louis Malle. Il se fait connaître avec deux films politiques au début des années 1960 : Le Combat dans l’île, interprété par Romy Schneider, Jean-Louis Trintignant et Henri Serre, et L’Insoumis, avec Alain Delon et Léa Massari. Alain Cavalier s’essaye ensuite à un cinéma plus traditionnel avec le polar Mise à sac et le drame bourgeois adapté de Françoise Sagan La Chamade, avec Catherine Deneuve et Michel Piccoli.

Après huit ans de pause, il revient au cinéma avec des films plus libres : Le Plein de super en 1976, Martin et Léa en 1978 et Ce répondeur ne prend pas de messages  en 1979, inclassable performance où Cavalier met en scène sa propre intimité sentimentale. Dans Un étrange voyage, (1980, prix Louis-Delluc 1981) il filme Camille de Casabianca, sa propre fille, et Jean Rochefort, à la recherche de la mère du personnage de ce dernier, le long des rails de la ligne Paris-Troyes.

Une étape capitale dans sa méthode de travail est franchie avec le lumineux Thérèse (1986) dans lequel il interroge la sainteté au travers de la vie de la jeune carmélite Thérèse de Lisieux incarnée par Catherine Mouchet. Le film est ovationné au Festival de Cannes, reçoit le Prix du jury, et est plébiscité aux Césars avec six récompenses, dont celles du meilleur film et du meilleur réalisateur. Cavalier pousse plus loin encore l’épure avec Libera me (1993), film sonore et sans dialogues qui revient avec force sur les thèmes de ses premiers films, l’oppression et la torture. Entre ces deux films, il réalise pour la télévision une série de documentaire de vingt quatre portraits de femmes.

En 2004 sort Le Filmeur , journal filmé sur plus de dix ans, véritable accomplissement de son parcours ; Alain Cavalier devient l’acteur et le commentateur de sa vie. En 2007, on le voit à travers le téléphone portable de Joseph Morder dans J’aimerais partager le preintemps avec quelqu’un. Deux ans plus tard, Irène est programmé au Festival de Cannes dans la catégorie « Un certain Regard ».Pater , jeu cinématographique et politique, entre fiction et documentaire, interprété par Alain Cavalier et Vincent Lindon, est présenté en 2011 en compétition au 64e Festival de Cannes.

En octobre 2018 sortent en salles Six portraits XL  de personnes connues ou anonymes, réalisés à partir d’images du journal filmé d’Alain Cavalier.

<< retourner au programme

Les commentaires sont fermés.