Escale Nomade #1:Siian, Paris Combo,Nefertiti in the kitchen

Entrée : 12€ (12 à 17 ans: 6€, -12ans : gratuit)

Site ouvert à 18h00

Restauration sur place : Pizzas/Sandwichs Pitas/Crêpes /Tartes
Boissons: Bar, Tchaï, Glaces

3 parties:

1)   SiiAn
2)  Paris Combo
3)  Nefertiti in the kitchen

Première partie :

Extraits : SiiAn

1 : SiiAn

MAZAR E SHARIF / PHILADELPHIA

Sélection Bretagne en Scènes 2015

Des chants traditionnels arides et lumineux d’Afghanistan à la poésie engagée de Nina Simone, Un Tour Ailleurs concentre force mélodique et interprétation dépouillée.Duo migrateur, siiAn (chant / rebab afghan / guitare / autres cordes ) et Gaëtan Samson (daf perse / santoor), imprégnés de langages lointains, de rencontres, guidés par leur apprentissage auprès de maîtres d’Afghanistan, de Turquie, d’Iran et du Maghreb, traversent ici librement l’Asie Centrale, le Moyen-Orient, les Balkans, l’Irlande, et l’Amérique du Nord. Une liberté sonore, telle que pratiquée dans ces pays lointains, évocatrice de terres rouges suspendues dans des traverses d’acier, qui porte le chant dans une expression des plus directes: le chant de l’amour, de la lutte, de la terre.

Deuxième partie :

2 ) Paris Combo

extrait: Paris Combo Extraits

Avec cinq albums studio et deux décennies de concerts dans le monde entier, Paris Combo occupe une place singulière dans le paysage musical actuel. A la fois swing et éclectique (souvent qualifié « d’inclassable ») le groupe est à nouveau en tournée en France et à l’étranger avec leur nouvel album « 5″ qui est sorti aux USA chez DRG Records et en France chez Cristal Records/Sony le 24 février 2014.

5, c’est un titre simple. Après tout, c’est le cinquième album de Paris Combo. Mais le groupe est aussi resté cinq ans dans une longue pause sans disques ni concerts. Et ils sont toujours cinq : la chanteuse Belle du Berry, le pianiste et trompettiste David Lewis, le guitariste Potzi, le batteur François Jeannin et le nouveau contrebassiste, Emmanuel Chabbey.
Et, avec 5, ce sont de réjouissantes retrouvailles avec le swing singulier de Paris Combo, ses souvenirs de Django ou des tropiques fifties, son élégance intemporelle et son romantisme gouailleur. On réalise soudain que le temps a été long sans eux, mais qu’ils n’ont pas changé – pas plus que ne changent le printemps ou la douceur des bords de Marne. Car Paris Combo sait tout danser : la métaphysique et l’amourette, le fantasme et le voyage, le refrain qui gigote et le couplet qui médite. Affaire de malice, de virtuosité, de sincérité, de poésie… Ce groupe avait surgit de l’underground du Paris postmoderne des années 90, et revient inchangé et grandi à la fois, comme si les ans n’avaient nulle prise sur sa liberté, sa gourmandise et son inspiration.

En 2006, Paris Combo avait posé ses valises. « À l’époque, nous nous sommes arrêtés pour souffler, raconte David Lewis. Les uns et les autres ont fait des enfants, menés d’autres projets, laissé le temps passer… Au bout de cinq ans, nous nous sommes retrouvés. »

À cause de l’Amérique. Parce que, là-bas, Paris Combo est « very French » et qu’un producteur les voudrait pour une énorme soirée au Hollywood Bowl avec orchestre symphonique, au cours de laquelle seront célébrés la France et sa musique. Alors le groupe réalise que le temps a trop passé et se retrouve. « Musicalement, c’était très surprenant et très évident : nous avons repris le fil, note Belle du Berry. Mais, entretemps, nous avions eu besoin de retourner à nos sources et à nos parcours personnels après dix années ensemble. Il avait fallu souffler pour revenir au son de Paris Combo. » Et ces retrouvailles débouchent sur une évidence : aller jouer devant 18000 spectateurs ne suffit pas ; il faut de nouvelles chansons. Le nouveau répertoire naît de séances d’improvisation pendant lesquelles l’âme et le style de Paris Combo se retrouvent instinctivement. Pour la première fois, toutes les chansons d’un album sont composées collectivement. Puis Belle du Berry, icône des années 30 téléportée au XXIe siècle, écrit les douze textes – « peut-être un peu plus réfléchis, après cinq ans de maturation », remarque-t-elle.

Enregistré à Paris au studio Labomatic, chez Bénédicte Schmitt et Dominique Blanc-Francard, l’album devient aussi une aventure américaine, puisqu’il sort d’abord là-bas, au printemps 2013. « Aux États-Unis, Paris Combo est un groupe à la fois exotique et familier, remarque David. Notre musique incorpore beaucoup de jazz, le travail instrumental est parfois mis très en avant, et la voix cuivrée de Belle séduit les Américains, bien qu’elle ne chante qu’en français. » Et quel autre groupe français connait une telle carrière là-bas sans jamais incorporer une chanson en anglais à son répertoire ?

Sur l’élan de la tournée américaine, Paris Combo est aussi parti visiter l’Est de l’Europe avant de revenir aux scènes françaises. Après tout, courir la planète est dans sa nature : depuis son premier album, Paris Combo, en 1997, le groupe a chanté dans tous les grands festivals et enchaîné les salles prestigieuses (dont deux Olympia), chaque disque s’accompagnant de longues tournées (Living-room en 1999, disque d’or et nomination aux victoires de la musique, Attraction en 2001, Motifs en 2004). Et on retrouve dans 5 l’insolence du regard et le sens de l’ironie douce qui habitent Paris Combo depuis ses débuts. Ainsi, le premier single du nouvel album, Je te vois partout, est une chanson d’amour sous laquelle on peut lire une jolie mise en boîte de nos cultes contemporains. Car, une fois de plus, Paris Combo se déguise en groupe de world music hexagonale pour écouter battre le cœur du monde.

Site web : www.pariscombo.com
page facebook : www.facebook.com/ParisCombo

Belle du Berry – chant, accordéon
Potzi – guitare
François Jeannin – batterie, choeurs
Emmanuel Chabbey – contrebasse
David Lewis – piano, trompette, bugle

PARIS COMBO – EXTRAITS DE PRESSE EN FRANCAIS

« Du passé au présent, de la chanson des années 1930 à la pop moderne, (l’album) 5 franchit toutes les barrières. Compilation de chansons joyeuse, espiègles et fraîches, dopées aux trompettes, guitares rythmiques et sons de contrebasse jazzy, le disque renouvelle l’ univers de la formation. Leurs titres font toujours voyager, et ce jusqu’en orient, à travers le sensuel « Lux »…. »
Pauline Le Gall, Figaroscope

Paris Combo, produit par Eleftériadès et Liban Jazz, a présenté un concert unique au Music Hall. Une performance qui n’a pas laissé un seul spectateur sur son siège. Dès la première note, on comprendra que Paris Combo ne laissera personne indifférent. Entourée de ses quatre magnifiques musiciens, David Lewis (piano et trompette), Potzi à la guitare, François Jeannin à la batterie et Emmanuel Chabbey à la contrebasse, la chanteuse Belle du Berry, sorte de Betty Boop malicieuse et taquine, met tout de suite la salle à l’aise : « On va danser ce soir, dit-elle, et vous allez m’apprendre votre langue. » Aussitôt, les mots amour ou « hob » fusent de toutes parts. Et c’est parti pour un spectacle swinguant.
Colette KHALAF, l’Orient du Jour, Beyrouth

La formation qui avait séduit les Américains revient telle qu’en elle-même, comme si rien n’avait changé. La jolie voix de Belle du Berry, sa meneuse, distille comme hier et avant hier cette variété matinée d’accords de jazz. Un nouvel album pour un plaisir nostalgique.
Sophie Delasein, Nouvel Observateur

Après une longue pause musicale, Belle du Berry et ses quatre acolytes ont repris du service, écumant les scènes à travers le monde. De retour avec les chansons ondulantes de leur cinquième disque, 5, ils continuent visiblement de ravir leurs grands fans. Leurs concerts sont musicalement et vocalement (c’est remarquable) impeccables, au cœur d’une ambiance feutrée capable de transformer n’importe quelle salle de spectacle en cabaret de jazz ou en dancing intimiste….
Marie-Catherine Mardi, Télérama Sortir

Paris Combo a connu sa première ascension par la scène et, aujourd’hui, occupe une position singulière dans la chanson française : gros succès en tournées, belles réussites au disque, visites régulières et fréquentes à l’étranger, et notamment chez les Anglo-Saxons, ravis de découvrir une France musicale à la fois conforme aux fantasmes (le chic, l’élégance, la chanteuse, le pittoresque) et tout à fait originale (le swing, l’entrain, l’actualité)…Inclassables mais au centre du beau réveil de la chanson française ces dernières années…
Bertrand Dicale, Figaro

La belle et suave voix de Belle du Berry est revenue : c’est déjà une bonne nouvelle. Et les premiers vers de ces Motifs dessinent joliment les contours d’un CD et d’un groupe résolument à part dans le concert des combos français… Paris Combo n’en fini pas de nous proposer de nouveau itinéraires qui sont une belle invitation au voyage.
Yannick Delneste, Chorus

Tapissée années 30 avec sa trompette, sa guitare Django, sa contrebasse et sa batterie feutrée, cette toile de fond sépia possède le charme des films de Carné
[...] Paris Combo, mélange d’amusement et de curiosité, gère bien le joyeux paradoxe d’être rétro sans aucune forme de passéisme. Donc, moderne.
Ludovic Perrin, Libération

Troisième partie :

Extraits : Nefertiti in the kitchen extraits

1 : Nefertiti in the kitchen

 

Nefertiti in the Kitchen est un duo déjanté, une rencontre entre une chanteuse de rue au tempérament bien trempé et un homme orchestre barbu. Jen Rival (Cie Bluffonne), Nicolas Méheust (Dominique A, Chien vert, Strupx) et leur joyeux bastringue nous emmène dans un univers forain rappelant les années folles.

Entre accordéon électrique, boite à musique, mellotron et autres curiosités, laissez vous porter dans ce cabaret rock psychédélique !

 

 

 

 


 


Cette entrée a été publiée dans Escale. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.