Escale Nomade #3: Grise Cornac, La tribu des femmes, Nirmaan

Entrée : 12€ (12 à 17 ans: 6€, -12ans : gratuit)

site ouvert à 18h00
Restauration sur place : Pizzas/Sandwichs Pitas/Crêpes /Tartes
Boissons: Bar, Tchaï, Glaces

3 parties:

1) : Grise Cornac
2) La Tribu des femmes
3) Nirmaan

Première partie :

Chanson vibratile

Extraits : Grise Cornac extraits

C’est une fille qui chante. Elle dit qu’elle s’appelle Grise. Elle est brune et petite. Sa voix est douce mais piquante aussi. C’est presque Rock n’roll comme elle sort sa poésie. Parfois, elle fredonne, parfois elle crie, elle chante la vie, la mort, l’amour. Et puis, y a un mec avec une bonne bouille auprès d’elle qui, lui, fabrique du joli, du doux, du rond. Elle dit que c’est son Cornac. Il gratte des instruments en bois ; il a une guitare, et un violoncelle ; et, quand il joue de leurs cordes, on dirait que Grise s’envole.

 

Deuxième partie :

2 ) La tribu des femmes

extrait: La tribu des femmes

Denis Péan chanteur de Lo’jo  réunit 6 chanteuses/musiciennes à fleur de tympan pour un concert tour à tour intime et explosif.C’est ainsi que se mêlent cordes grattées et celles que l’archet caresse, les peaux, le bois, les cloches, la scie musicale, une voix d’homme, la poésie en français, en argentin  en créole, puis d’autres onomatopées célestes, le piano, les embouchures cuivrées et les chants de  » LA TRIBU des FEMMES  » pour des transes chorales.Les cordes seront endimanchées de valses dévêtues au diapason d’ un orchestre sans sextant.Au festin des musiques on croisera le feu de la milonga argentine aux poésies brodées  à la manche de l’ automne, des brocarts de phonèmes au sang de maloya.Les migrations soniques au rendez-vous de milliards d’éventails et des origamis d’oiseaux feront danser une solitude au souffle du trombone et des tambours battus.

Nadia et Yamina Nid el Mourid de « Lo’jo »  : chants, percussions, kamel’n'goni, saxophone Laura Caronni de  » Las Hermanas Caronni   »: chants, violoncelle, violon
Oriane Lacaille et Coline Linder de   » Titi Zaro  » : chants, percussions, violon, ukulélé, guitare, scie musicale
Elisabeth Hérault : chant, saxophone baryton, trombone, flûte
Denis Péan de Lo’jo  : chant, piano, mélodica

Troisième partie :

3 ) Nirmaan

extrait : Nirmaan

La rencontre de Parveen Sabrina Khan se fait lors d’un voyage en Inde en Novembre 2012. Antoine et Etienne arrivent au Kawa Cultural Center (maison familiale et lieu de création de la famille Khan) afin de faire connaissance avec Parveen Khan et son père Hameed Khan. Les premières notes sont vite échangées et ils se retrouvent quelques jours plus tard auditeur au Riff Festival de Jodhpur où Parveen Khan est programmée. Les présentations sont faites et ils sont invités à enregistrer une vidéo à Delhi pour Balcony TV. De retour en France, ils créent Nirmaan avec Pierre et jean-Marie.

Parveen Sabrina Khan

Parveen abrina KhanChant
Issue d’une lignée de grands musiciens du Rajasthan, Parveen Sabrina Khan nait d’un père Indien, Hameed Khan (Musafir, Jaipur Kawa Brass Band…) et d’une mère Bretonne. C’est à Jaipur ou elle à vêcu jusqu’à présent qu’elle se forme dès son plus jeune age à la musique classique et folklorique indienne.

 

Jean-Marie Nivaigne

10411425_279569092215655_8019290341073017721_nBatterie préparée
Intrigué par la richesse rythmique des musiques du monde, ce batteur percussionniste est un alchimiste des rythmes. C’est au cours au cours de ses nombreux voyages qu’il se forme auprès de maitres comme Pandit Shankar Gosh, Adama Dramé, Fred « El Pulpo » Savignien, Areski Dries…

 

 

Antoine Lahay

Toine2Guitare électriqueAérien et incisif sont les termes que l’on peut prêter à ce musicien inventif, influencé aussi bien par la pop que par le jazz.


 

Etienne Cabaret

E-CabaretClarinette basse, effets
Musicien émérite de « treujeun gaol » (clarinette traditionnelle bretonne), il développe à la clarinette basse un son électro-acoustique qui flirte avec le jazz, le rock ou la musique improvisée.


Pierre Droual

nirmaan Glomel 4Violon, claviers
Violoniste issu des musiques traditionnelles, il explore et triture les sons de son violon et de ses claviers à travers les musiques improvisées et électriques.

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Escale. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.