Escale Cinéma Aborigène #4


Une petite restauration est proposée par l’association Tohu-Bohu : crêpes, galettes, soupes dès 19h00.
…et glaces à l’entracte… !

Pass possible:
Tous les films de l’escale : 25€ : soit 9  films (2€80 le film)
3 jours : 20€ : soit 6 films (3€30 le film)
2 jours : 16€  : soit 4 films (4€00 le film)
1 jours : 9€    : soit 2 films (4€50 le film)

Les films à l’unité sont de 5€

Escale nomade aborigène : 4ème journée

10h00 : Ciné  Petit Dej (offert) :

« Le Pays où rêvent les fourmis vertes » de Werner Herzog
Australie, 1984, 100mn, documentaire

Dans le nord de l’Australie, les aborigènes Wororas et Ritajingus vénèrent depuis 10000 ans le lieu sacré où rêvent les fourmis vertes. Lorsqu’une compagnie d’exploitation minière s’installe sur leurs terres, une délégation des deux communautés essaye d’entraver la progression du chantier. Ils arrivent avec la complicité de Lance Hackett, un ingénieur employé par la compagnie, à obtenir de la part de la justice australienne la tenue d’un procès.

 

20h00« Bran Nue Day» de Rachel  Perkins
Australie, 2010, 90mn, Comédie musicale

Cette aventure se déroule en 1969, deux ans après le référendum donnant aux Aborigènes la citoyenneté australienne. Les enfants volés et le traitement des indigènes par l’Église catholique sont évoqués sur fond de chants, de numéros de danse et de plaisanteries parfois hilarantes. »Il n’y a rien de mieux que d’être aborigène », dit la chanson principale de ce road movie, comme un pied de nez à la pauvreté qui gangrène la communauté. « Ce film montre la flamboyance de la culture aborigène, comme on ne l’avait jamais vue. C’est une célébration de nos indigènes », commente Robyn Kershaw, productrice du film.Métissé, le casting inclut l’acteur australien oscarisé Geoffrey Rush, Ernie Dingo, comédien aborigène populaire, ainsi qu’une chanteuse pop et une vedette de la version australienne de l’émission télévisée « Nouvelle Star ». Le film pourrait transformer la façon dont le grand public voit le cinéma aborigène.

Cette entrée a été publiée dans Cinéma. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.