Compagnie Anaya : « Dis-leur que j’ai vécu »

Entrée: 5€

Inspirée de la nouvelle du même nom, cette pièce très simple est un monologue, ponctuée d’instants musicaux.

Un comédien y incarne un personnage qui malgré lui, devient passeur. Passeur d’espoir ou de désespoir, il devient passeur d’histoires. Une bien petite histoire, sans H majuscule, mais tragiquement quotidienne.
Ce témoignage, c’est celui d’un étranger qui, en guise de dernier cri, écrit. Il écrit à son amour, une jeune femme qu’on imagine Française et qu’il va devoir quitter par la force de l’ordre, mais écrit par là-même à toute notre société, afin qu’elle ne laisse plus réaliser pareille injustice.

Les instants de musique sont autant de moments de respiration, de légèreté et de poésie, déclinés à la guitare, au n’goni, à la flûte (vietnamienne) ou à la sansula, accompagnés de chants en arabe, en bambara, en bangladais ou en diola. Ces mélodies douces et envoûtantes viendront parfois soutenir le texte, d’autres fois l’aérer et en d’autres occasions l’incarner.

Le but de cette pièce n’est autre que de susciter une réflexion, un frémissement de l’âme devant une réalité devenue incompréhensible pour notre (h)ère.
A l’heure de la mondialisation et des multiples échanges internationaux, il est temps de regarder par-delà les murs, par-delà les frontières et d’écrire l’Histoire, avec un grand H celle-là, ensemble, tous ensemble…

Jeu : Jean GUITTONNEAU
Musique : Camille SAGLIO
Mise en scène : Claudine MERCERON
Lumières : Pierre CRASNIER

Durée : 1h15 environ

Cette entrée a été publiée dans Théâtre. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.