Prochainement au café

<< retourner au programme

Cinéma – La Matinale, Voir le Monde :"Mout Tania" de Ivan Boccara

Samedi 14 décembre 2019 – 10:00

Entrée 5€  La Matinale [Petit-Dej offert]

Mout Tania, Ivan Boccara
France, 1999, 56 min

« Mout Tania », « la deuxième mort », c’est le nom que Hammadi, paysan berbère d’une soixantaine d’années, a donné à la vallée isolée où il vit en autarcie avec sa femme et ses enfants, au cœur du Haut-Atlas marocain, à 250 kilomètres de Marrakech.

Ce film retrace la vie quotidienne d’une famille berbère. Pour subvenir aux besoins des siens, Hammadi a construit des moulins à grains, des ruches et produit son électricité avec l’eau du torrent. De près et de loin, des Berbères viennent pour le voir, pour moudre leur grain et lui acheter du miel.

La famille d’Hammadi fait partager sa joie de vivre dans cette montagne aride et minérale d’où elle tire ses principales ressources en luttant avec les forces de la nature. Trace d’un mode de vie du passé et exemple actuel d’adaptation admirable de l’homme à son milieu, le choix de vie d’Hammadi bouscule nos représentations.

Distinctions

2019 : Festival International Jean Rouch – Voir autrement le monde – Paris (France) – Rencontres du film ethnographique

2000 : Caméras des champs – Festival international du film documentaire sur la ruralité – Ville-sur-Yron (France) – Grand Prix

1999 : Festival International Jean Rouch – Paris (France) – Prix Planète Câble

Ivan Boccara :

Réalisateur
Né au Maroc le 2 mars 1968, Ivan Boccara fait des études de cinéma et d’histoire de civilisation berbère à Paris. Il vit entre la France et le Maroc et réalise des courts métrages et des films documentaires dont « MOUT TANIA » en 1999, 56 minutes, et « TAMEKSAOUT » en 2005, 95 minutes, dans le Haut-Atlas, marocain. Son travail s’intéresse à des personnages forts, à des communautés, à des minorités, aux enjeux des populations, aux frontières des modes de vies entre traditions et modernités. Ses films cherchent à capter la relation du sujet à sa condition de vie et à son environnement et traitent de l’économie d’autosuffisance et des échanges de la vie paysanne dans les montagnes de l’Atlas. Son travail a été présenté et primé dans plusieurs festivals en France et en Europe. Il participe à des résidences et laboratoires artistiques et travail comme intervenant à des ateliers cinéma et documentaire avec L’ESAV-Marrakech et la Cinémathèque de Tanger. Il est par ailleurs photographe et chef opérateur notamment pour des artistes contemporains. Il réalise « Mémoires d’archives » une pièce pour le CAPC, musée d’art contemporain de Bordeaux en 2011 et « Mémoires de Ntifa » pour La Triennale – Palais de Tokyo en 2012. Artiste résident premium à la NON-MAISON, en 2013 il y expose au sein du programme ULYSSES sous l’égide du FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur: « Fenêtre sur le détroit » – Photograhies 1986-2013, est une exposition d’ouverture à un plus vaste projet d’atelier du même nom à Tanger, qui se prolongera en France. Il vient de créer « Les films comme ça » une structure de production, au Maroc.

 

Portrait par  Caroline Troin sur Bed : voir

 

 

<< retourner au programme

Les commentaires sont fermés.