Pour la suite du monde de Michel Brault et Pierre Perrault

entrée:

de  Michel Brault, Marcel Carrière et Pierre Perrault , 1963.québécois,105min

Film présenté par Jean-Paul Mathelier.
[Formation à l'Ecole Nationale de photographie /Photographe reporter (sur la pêche hauturière) divers expériences en vidéo. Engagement dans l'Education populaire et la sensibilisation au Cinéma auprès de Jeunesse & sports Bretagne. membre des fondateurs de (l'ex) -ACAV de ST Cadou. C'est en rencontrant le public, quand il organisait jusqu'à 2000, des programmes de films lors des grandes fêtes maritimes que JPM a approfondi sa passion et connaissance du cinéma de la mer, et qu'il fondera avec d'autres "cinémaritime".
Par la suite il donnera un coup de main aux amis qui ont monté le festival "Imagimer" de St Cast. Rédaction de dossiers et articles sur le cinéma et la mer pour la revue "Le chasse-marée". Le film "Pour la suite du monde" a été son sujet de mémoire de maîtrise à Rennes 2. Prétexte, s'il en fallait un, à se rendre sur les lieux du film, à L'Île aux Coudres au Québec avec le meilleur guide  qui soit, Yolande Simard-Perrault ( femme du regretté réalisateur Pierre Perrault)]
« Inventant une nouvelle forme de cinéma, caméra « à hauteur d’homme » et tentant l’impossible pour faire du son synchrone, ce film a propulsé la naissance du cinéma direct. »
Il s’appuie sur les témoignages de deux ancêtres de l’île aux Coudres sur la vie des insulaires. Leur langue typique va bientôt disparaître, leur évocation du travail en mer, de la place des éléments et de leur rôle dans la pêche au « marsouin » (Béluga) est centrale dans tout le film. Leurs récits sont la voie d’accès privilégiée à la vie d’une communauté avec un sens poussé des traditions et un grand respect de la nature. Le film est l’occasion pour les jeunes hommes de revivre avec les plus vieux la pêche interrompue depuis 1924. Se transmet d’une génération à l’autre une culture en héritage… pour la suite du monde.

Récompenses

  • 1963 : Mikeldi d’or au Festival international du documentaire et de films brefs de Bilbao à Michel Brault et Pierre Perrault
  • 1964 : Film de l’année au Canadian Film Award
  • 1984 : Classé au 8e rang des meilleurs films canadiens de tous les temps au Festival international du film de Toronto
  • 1985 : Mention au Festival international du Cinéma de Troia, Portugal
  • 1994 : Mention spéciale au Festival international de films ethnographique et anthropologiques de Nuoro, Italie
  • 2008 : Premier film québécois à obtenir la cote 1, soit chef-d’œuvre, de Médiafilm.

Nominations

Cette entrée a été publiée dans Cinéma. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.