Le mois du Doc :2ème partie « La lutte n’est pas pour tous… » de Guillaume Kozakiewiez

entrée 4€
Film projeté en présence du réalisateur Guillaume Kozakiewiez

2011 • documentaire •

85 minutes

auteur-réalisateur Guillaume Kozakiewiez • image et son Guillaume Kozakiewiez • montage Susana Rossberg et Guillaume Kozakiewiez • montage son Alexandre Hecker • mixage Christophe Vingtrinier • étalonnage Eric Moulin

 

Naiara, une adolescente de 16 ans, contemple un champ de ruines qui fut un campement rempli d’espoir, et qui a été détruit par le gouvernement. Ce lieu était le symbole d’une lutte pour l’émancipation des paysans sans terre du Brésil. Il fut aussi l’école où Naiara comprit qu’une autre voie était possible. C’est ici qu’elle est tombé amoureuse d’une cause révolutionnaire promettant la possibilité d’une vie digne. Armée de sa volonté et de son innocence, Naiara entre en lutte. Le film accompagne cette jeune militante jusqu’à ses 18 ans…
Sélections en festivals : États généraux du documentaire de Lussas 2011 Traces de Vies 2011 Festival du film d’éducation d’Evreux 2011 Millenium 2012 Festival de Douarnenez 2012 Ecollywood 2012 Festival Brésil en mouvements 2012

Bio du réalisateur:

Guillaume Kozakiewiez est né le 18 avril 1979 à Chaumont (52). Il finit ses études de cinéma à Rennes en 2003.
En 2004, il réalise une série documentaire (8*26 min) sur des adolescents en milieu urbain, en investissant deux lycées de Rennes, où il rencontre ses protagonistes. En 2005, il suit l’aventure musicale d’un musicien folk breton, Bruno Greene, entre son studio en France et Boston où il part réaliser son rêve. En 2007, Léonarda, un film tourné sur presque trois ans et qui dresse un portrait tendre mais sans concession d’une vieille dame dans un kolkhoze de la Russie blanche. En 2008, il réalise un film sur le travail, Les cuisiniers. Il suit pendant un mois des personnes précarisées sur le marché de l’emploi qui tentent de se réinsérer. En 2011, pour La lutte n’est pas pour tous… , il revient sur l’adolescence, assurant seul le cadre et le son pour son premier véritable long-métrage.

 

Cette entrée a été publiée dans Cinéma. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.